Enseignants / Doctorants enseignants

Doctorants enseignants


Julie Beauté

Julie Beauté est doctorante en philosophie contemporaine, au sein des Archives Husserl (UMR 8547 – ED 540). Ses recherches portent sur les cohabitations symbiotiques, à partir d’analyses mêlant philosophie, architecture et écologie évolutive. Dans le cadre de sa thèse, elle s’intéresse au rôle des plus qu’humains dans la conception de l’architecture et s’appuie pour ce faire sur les humanités environnementales et sur les épistémologies féministes. Au sein du département de philosophie, elle proposera au second semestre un cours sur La Connaissance de la vie de Canguilhem, au sein du cours Grandes Œuvres.


Samuel Ducourant

Samuel Ducourant est doctorant à l’École Normale Supérieure de Paris (France) sous la codirection de Florence Burgat et de Sophie Roux, et étudie le rôle qu’ont joué les sciences du bien-être animal dans la création des lois de protection des animaux d’élevage, pendant les processus d’industrialisation de l’élevage et d’intégration européenne. Il appuie ces études sur une histoire technique, sociale et politique de la cage de batterie. Cette année, il coordonne les Jeudis de l’Histoire et de la Philosophie des Sciences (ENS), enseigne l’histoire des sciences pour étudiant·e·s en sciences expérimentales et encadre des travaux de recherche au CPES (PSL).


Victor Frangeul Baron

Victor Frangeul Baron est doctorant en philosophie au sein des Archives Husserl (UMR 8457 – ED540) et du centre de recherche « Normative Orders » de Francfort. Il rédige une thèse portant sur la pensée de l’histoire de Theodor W. Adorno sous la co-direction de Marc Crépon (ENS) et de Martin Saar (Goethe-Universität). Son interprétation d’Adorno tente de contribuer au diagnostic d’une crise de la conscience historique en articulant histoire des idées et théorie critique de l’histoire. Cette année, il prépare à l’épreuve d’allemand de l’agrégation de philosophie et donne un cours d’introduction à Adorno dans le cadre du master de philosophie contemporaine de l’ENS.


Paul Guerpillon

Doctorant en histoire de la philosophie antique, Paul Guerpillon prépare une thèse sur les figures du conflit dans les Dialogues de Platon (sous la direction de D. El Murr). Il propose cette année, avec Marion Krafft, un cours intitulé : « Le courage de penser : l’andreia chez Platon et Aristote » (semestre 2).


Marion Krafft

Marion Krafft a obtenu, en 2018, un Master d’Histoire de la philosophie à Paris Panthéon-Sorbonne. Après avoir passé l’agrégation de philosophie, elle s’est ensuite spécialisée en philosophie antique, et a commencé en septembre 2020 une thèse à l’ENS sous la direction de Dimitri El Murr, sur la pensée platonicienne de l’éducation. Cette année, elle enseigne en CPES2 (prépa PSL) et, au second semestre, est chargée, en collaboration avec Paul Guerpillon, d’un cours à l’ENS sur la question du courage chez Platon et Aristote.


Samuel Le Gendre

Après avoir enseigné dans le secondaire pendant quatre années (2015-2019), Samuel Le Gendre a commencé une thèse sous la direction de Sophie Roux (2019), qui porte sur l’importance anthropologique de la découverte, au 17e siècle, du principe d’inertie. Il donne, au second semestre, des cours à l’ENS (sur les Méditations Métaphysiques) et à l’ESPCI (questions d’éthique).


René de Nicolay

Ancien élève de l’Ecole (A/L 2011), René de Nicolay rédige actuellement une thèse en co-tutelle sous la direction de Melissa Lane (Princeton) et Dimitri El Murr (ENS), intitulée The Origins of Licence : Excessive Freedom in Ancient Political Philosophy. L’idée est d’étudier, sous un angle avant tout philosophique, les réflexions de Platon, Aristote et Cicéron sur les erreurs que les sociétés démocratiques commettent quant à la nature et la valeur de la liberté politique. Il enseigne cette année deux cours pour l’agrégation de philosophie, l’un sur les Caractères de Théophraste, avec Dimitri El Murr, l’autre sur l’Institutio Principis Christiani d’Erasme.


Louis Pijaudier-Cabot

Louis Pijaudier-Cabot prépare actuellement une thèse d’histoire de la philosophie sur la théorie des mondes possibles de Leibniz et ses ascendants scolastiques modernes. Ses recherches portent sur la cosmologie et la métaphysique des modalités. Il participe cette année à la préparation de l’épreuve sur thème (métaphysique) de l’oral de l’agrégation.


Ange Pottin

Ange Pottin fait sa thèse sur l’histoire de l’industrie nucléaire française, qu’il cherche à aborder en philosophe. Plus précisément, il travaille sur le combustible nucléaire irradié : d’abord exploité pour la bombe, ce résidu fait l’objet de projets de recyclage qu’il comprend comme relevant d’une écologie imaginaire. Ses domaines de spécialisation sont l’histoire et la philosophie des sciences, la philosophie des techniques – notamment celle de Simondon – et les STS (sciences, techniques, société). Permanence sur rdv.