Accéder directement au contenu

École normale supérieure

     
Enseignements

Séminaires d’élèves


Lectures de Marx
Lundi – 18h30-20h30 – S1 : Résistants / S2 : salle à définir
Né en 2009 à la suite d’un mouvement social, le séminaire « Lectures de Marx » reprendra, pour la 12e année consécutive, son travail d’exploration des textes de Marx et de la pensée marxiste. Nous proposerons en alternance des cycles de lecture consacrés à l’interprétation d’une partie du corpus de Marx et/ou d’Engels, des cycles thématiques destinés à étudier certains problèmes théoriques importants au sein du champ de la pensée marxiste et enfin des séances « libres » qui seront l’occasion de présenter certains concepts et/ou penseurs liés à Marx ou au marxisme. Il s’agit de réfléchir collectivement par des discussions vivantes, en encourageant les participant·e·s à s’investir pour proposer des exposés, tout en invitant de temps à autre des spécialistes. Pour plus d’informations : voir l’onglet « Lectures de Marx » sur https://adlc.hypotheses.org/


Militer, penser, créer : cycle de rencontres autour de l’exil
Lundi – 18h-20h : S1 à distance / S2 en Résistants
Renseignements et calendrier : jminas@clipper.ens.psl.eu
Le cycle de rencontres "Penser l’exil aujourd’hui : militer, penser, créer", organisé par l’association MigrENS, mettra en dialogue des chercheurs, des personnes exilées et des artistes. Des formations militantes et des projections-débats côtoieront des présentations interdisciplinaires afin de réfléchir la complexité des thématiques liées à l’exil. De la sociologie à la géopolitique, nous proposerons ce séminaire à toutes et tous, sans prérequis.


Lecture des Recherches Philosophiques de Wittgenstein
S1 et 2 – Salle Pasteur – Mercredi, 19h-20h30
1ère séance – 23/09/2020
Renseignements et calendrier : romane.debat@ens.psl.eu / bjeannet@clipper.ens.psl.eu
Nous proposons une lecture thématique et transversale du magnum opus du « second Wittgenstein ». Nous projetons de recontextualiser les Recherches Philosophiques dans l’ensemble de l’œuvre de Wittgenstein pour en mieux comprendre la place au cœur des débats philosophiques contemporains, en France comme ailleurs. Plutôt qu’un séminaire de recherche, il s’agit avant tout de présenter, analyser et discuter un texte phare de la tradition philosophique, qui ne se limite en aucun cas à la philosophie du langage.


Après Kant – le transcendantal en question
S1 et 2 – Résistants – Jeudi, 18h-19h30 (S1) / 19h-20h30 (S2)
Renseignements et calendrier : idavid01@clipper.ens.psl.eu / jamarcaudron@clipper.ens.fr
Loin d’être une notion comme une autre, le transcendantal kantien a ouvert un espace fécond d’interrogations et continue à être d’actualité pour de nombreux débats philosophiques. Défini par Kant comme l’ensemble des conditions théoriques qui rendent possibles notre expérience de la réalité, le transcendantal, tant du point de vue conceptuel que méthodologique, fait question. Sans prétendre à l’exhaustivité et en nous adressant à un large public, nous proposons de lire et de considérer les grandes critiques et problèmes nés avec cette notion kantienne aujourd’hui. Qu’il s’agisse de l’objection hégélienne et de sa doctrine du concept dans la Science de la Logique, ou d’autres questions comme celle du rapport entre le transcendantal et l’inconscient chez Freud (notamment dans un article de 1915 où ce dernier fait explicitement la comparaison), nous proposons de nous intéresser au transcendantal à la lumière des questions qu’il a pu engendrer : faut-il confronter la constitution a priori à l’Histoire, à l’expérience, au concret, ou encore au réel ? Et si une condition de possibilité est toujours requise, doit- elle toujours prendre la forme et la structure que lui donne Kant dans la Critique de la raison pure ? A chaque séance, nous proposons, en partant de textes, d’aborder un concept et un problème précis chez Kant qui s’inscrit dans notre thématique principale et d’en étudier la critique et la réélaboration chez un autre penseur. L’objectif de ce séminaire est de délimiter un certain nombre de problèmes apparus avec cette notion kantienne, tout en essayant de montrer ce qui fait que son influence sur la philosophie a été durable et qu’on peut même aujourd’hui la considérer comme un horizon fécond dans la recherche philosophique.


Nouvelles métaphysiques
S1 et 2 – Résistants – Vendredi, 18h-20h
Renseignements et calendrier : wkehl@clipper.ens.psl.eu
Ce séminaire d’élèves aurait pour ambition de décrire le retour en force des métaphysiques contemporaines, après une période de mise au ban des projets systématiques et contre un ensemble de courants qui en affirmaient l’impossibilité, trouvant leur point commun dans l’idée d’une « fin de la métaphysique ». Contre les positivismes qui semblent assigner à la philosophie des tâches nouvelles et aussi plus modestes, certains penseurs font apparaître l’intérêt d’une méthode spéculative, réductive, ou encore radicalement déductive, qui prenne en charge les grandes questions qui fondent la continuité de l’histoire de la philosophie depuis ses débuts. Nous aurons à cœur d’étudier ces tentatives à partir d’un corpus de cinq auteurs, dont nous espérons la venue : Alain Badiou, Quentin Meillassoux, Graham Harman, Ray Brassier, Renaud Barbaras.


Angoisse méthodologique : questionner la frontière analytique / continentale
S1 – par visioconférence – Lundi, 18h-20h (calendrier spécifique ci-dessous)
Renseignements : Micol Bez et Katie Ebner-Landy <katie.ebner-landy@ens.fr>
Dans ce séminaire, nous voudrions, d’une part, parcourir l’histoire de la démarcation analytique / continentale et en faire une (ou plusieurs) généalogie(s) et, de l’autre, questionner le contenu philosophique de cette distinction et explorer le travail de certains philosophes contemporains qui pensent à la frontière, aussi bien que certaines traditions philosophiques qui ont toujours, ou actuellement, réussi à combler le fossé. Nous poserons, en d’autres mots, les questions suivantes : cette frontière est-elle philosophiquement légitime et significative ? Ou est-elle un hasard de l’histoire et de la sociologie de la philosophie ? Pouvons-nous questionner les prémisses philosophiques et les conditions de possibilité d’une telle dichotomie qui structure la vie académique de la philosophie contemporaine, aussi bien que la géographie sociale de son développement et de la distribution des ressources financières à la recherche ? Et comment penser, maintenant, à la frontière ? Est-ce possible, utile ou même nécessaire pour penser le monde contemporain ?
Calendrier :
5 octobre : Histoire de la démarcation analytique / continentale.
19 octobre : Validité de la démarcation analytique / continentale ?
2 novembre : Penser à la frontière I : Richard Rorty, Alain Badiou, Bernard Williams.
16 novembre : Penser à la frontière II : La philosophie et le cerveau. Le travail de Dan Zahavi et Catherine Malabou.
30 novembre : Amener la généalogie dans la tradition analytique : Amia Srinivasan.
14 décembre : Philosophie féministe et philosophie queer — au-delà de la démarcation ?
11 janvier : Critical race theory & philosophie décoloniale : la politique de penser à la frontière.