Accéder directement au contenu

École normale supérieure

     
Arbib Dan

Présentation


AGPR – Histoire de la philosophie médiévale et moderne, phénoménologie française, métaphysique et philosophie de la religion.

Permanences de rentrée 2021-2022 :

  • 9 septembre 2021, 10h-12h
  • 13 septembre 2021, 10h-12h
  • 23 septembre 2021, 10h-12h
  • 30 septembre 2021, 10h-12h

A partir du mois d’octobre, permanence le mercredi, 12h-13h et sur rendez-vous

Email : dan.arbib@ens.fr

Présentation

Ancien élève de l’Ecole normale supérieure (AL 2003) et ancien pensionnaire de la Fondation Thiers (2010-2013), agrégé et docteur en philosophie, D. Arbib a enseigné à l’université Paris-Sorbonne (2007-2010) et à l’université Jean-Moulin Lyon-III (2013-2015). Il a consacré sa thèse à « Dieu et l’infini dans la métaphysique de Descartes », sous la direction de J.-L. Marion (2012). Auteur de plusieurs ouvrages (dont Descartes, la métaphysique et l’infini, Paris, PUF, 2017, prix Biguet de l’Académie française), il est spécialiste de Descartes et de philosophie cartésienne, ainsi que de phénoménologie française (notamment E. Levinas, auquel il a consacré un ouvrage, La lucidité de l’éthique, Paris, Hermann, 2014) et de philosophie du judaïsme. Il a également consacré d’importants travaux en philosophie médiévale, notamment sur Duns Scot (trad. des Quaestiones super metaphysicam, Paris, PUF, 2020). Il dirige depuis 2010 le Bulletin cartésien aux Archives de philosophie et a coordonné l’important commentaire collectif des Méditations métaphysiques, Les Méditations métaphysiques de Descartes, Objections et Réponses de Descartes (Paris, Vrin, 2019).
Qualifié aux fonctions de maître de conférence (CNU, section 17), il est depuis 2015 agrégé-répétiteur au Département de philosophie.

Recherche

D. Arbib s’est intéressé à la notion d’infini chez Descartes, qu’il a travaillé à éclairer sur le temps long de l’histoire de la métaphysique, aussi bien en philosophie médiévale (la Grande scolastique et le tournant scotiste) qu’en phénoménologie (Levinas). Spécialiste de philosophie classique, il défend la pratique d’une histoire de la philosophie prenant en compte la longue durée dans l’histoire des problèmes, depuis leur surgissement et leurs formalisations, antiques ou médiévales, jusqu’à leurs déploiements contemporains, notamment phénoménologiques.Retour ligne manuel
L’enjeu de ces recherches consiste à déterminer les rapports entre métaphysique et transcendance, entre finitude et infinité. Le rapport entre le fini et l’infini peuvent s’analyser sur le plan théorique et sur la plan pratique : sur le plan théorique, l’enquête menée dans Descartes, la métaphysique et l’infini (Paris, PUF, 2017) a circonscrit les paradoxes et les apories constitutives de l’ idea infiniti et des preuves de l’existence de Dieu chez Descartes ; reste le versant pratique, où la volonté humaine, parce qu’elle fonde la ressemblance de l’homme à Dieu en creusant néanmoins entre eux un insurmontable écart, donne sens au concept scripturaire de l’Imago Dei : cette enquête est en cours.
Parallèlement, D. Arbib s’intéresse à l’analyse du théologico-politique de Spinoza : réalisant actuellement une traduction du Traité théologico-politique, il met ses compétences d’historien de la philosophie classique et d’hébraïsant spécialiste du judaïsme au service d’une nouvelle lecture de l’entreprise spinoziste.