Dystopie et sociétés urbaines

, par Secretariat département Philosophie

Responsables : Julie Beauté et Simon Fouquet

Référents : Dominique Lestel et Jean-Claude Monod

S1

salle Conférence le lundi de 18h00 à 20h00

 

En réaction aux utopies sociales du 19e siècle s’est développé en littérature contemporaine le courant des dystopies. Ces fictions littéraires, à la fois contre-utopies et utopies réalisées, posent la question du mode de coexistence des habitant·e·s des sociétés décrites : elles se présentent alors comme des outils critiques de poids pour penser le pouvoir à l’œuvre dans le social, dans une perspective tant politique qu’écologique. 

Ce séminaire a pour objectif de recourir à la notion de dystopie en la sortant de son statut de simple fiction pour la faire intervenir sur des questions concrètes de géographie, de sociologie, d’écologie, de politique, d’urbanisme et d’architecture : la dystopie peut en effet jouer le rôle de ligne directrice stratégique pour une réflexion interdisciplinaire sur l’espace urbain et les modes de vie qu’il rend possibles ou impossibles. L’enjeu sera ainsi d’interroger l’aménagement de l’espace urbain, les comportements des populations, les interactions et les coexistences. 

La réflexion s’appuiera sur des auteurs·trices divers·es (Michel Foucault, Paul Shepard, Alain Damasio, Henri Lefebvre, etc.) et le semestre sera rythmé à la fois par l’intervention de militant·e·s et de chercheur·euse·s issu·e·s de différentes disciplines, et par des projections de films et des ateliers. La dynamique générale se veut ainsi tant inclusive que participative.